Episode 20 : La gratitude et les langues avec Michelle Daniel de The Heart of English

Ep 20 L’invitée du jour : Michelle Daniel – The heart of English


#frencteacherinireland #frenchpodcast #apprendrelefrançais #Learnfrenchwithnolwenn #connect2french #theheartofenglish #languagewriting #journalling #learnenglish #gratitude #ecriture

 

Vous pouvez suivre Michelle sur instagram @heartofenglish


Ou visitez son site internet : www.theheartofenglish.ca

 

Introduction

Bonjour à tous et bienvenue sur le podcast Connect to French. Je suis Nolwenn, votre prof de français et vous écoutez l’épisode numéro 20.

Aujourd’hui, j’ai une invitée pour l’épisode. Vous allez écouter une conversation que j’ai eu avec Michelle. Michelle est prof d’anglais, elle donne des cours en ligne comme moi. On s’est rencontré lors d’une convention de professeurs de langues en ligne en 2020. Ça fait depuis 2010 que je suis professeur de langue, mais j’ai créé mon entreprise en 2019. Et donc ce n’est pas pareil d’enseigner dans une école ou dans une université que d’avoir son entreprise en ligne. Donc on s’est découvert dans ce contexte là. Elle venait de créer son entreprise, moi aussi.

Et aujourd’hui on va parler de l’enseignement des langues et en particulier l’enseignement d’une compétence particulière, c’est l’écriture. Alors, est ce que vous apprenez une langue? J’imagine que si vous écoutez ce podcast, vous apprenez le français. Est-ce que l’écriture est importante? Souvent, mes élèves oublient cette compétence et pourtant, croyez-moi, c’est très important. Donc les compétences qu’on prend en compte en général, il y a comprendre, c’est-à-dire écouter et lire. Et puis il y a aussi produire, c’est-à-dire parler et écrire.

 

Alors si vous êtes nouveau sur ce podcast, bienvenue, On parle de thèmes liés à l’apprentissage des langues, au fait de parler plusieurs langues, de vivre dans un pays étranger. Et mon objectif, c’est d’aider mes étudiants à se connecter avec la langue française, à créer une meilleure connexion, avoir une meilleure relation.

 

Aujourd’hui, Michelle va nous parler de comment elle utilise l’écriture pour enseigner l’anglais à ses élèves. Oui, c’est pour enseigner l’anglais, mais on peut faire un parallèle bien sûr avec l’apprentissage des langues en général. Michelle habite à Montréal, elle est canadienne. Par contre, elle n’est pas de Montréal, elle est anglophone et elle a appris le français. Et vous allez voir qu’elle a un niveau excellent.

 

Alors si vous voulez en savoir plus sur Michelle, retrouvez la sur son site internet TheheartofEnglish.ca ca c’est pour Canada ou bien suivez son Instagram, son compte Instagram. Personnellement, je l’adore, il est frais et très authentique. On découvre vraiment qui elle est et ça s’appelle Heart of English.

Voici notre conversation :

(02:47)

Nolwenn: Bonjour Michelle et bienvenue sur mon podcast.

 

Michelle: Bonjour Nolwenn, je suis très contente d’être ici avec toi.

 

Nolwenn: Et moi aussi je suis vraiment contente surtout que j’apprécie beaucoup ton travail. On s’est rencontré il y a trois ans, quatre ans.

 

Michelle: Trois ans,

 

Nolwenn: Trois ans,déjà.

 

Michelle: En été 2020.

 

Nolwenn: C’était pendant la période du covid je pense. Et donc c’est un plaisir de voir ton entreprise grandir et surtout ta mission pour les langues. Et aujourd’hui on va parler de toi, de ton travail. Et ce qui m’intéresse en particulier, c’est le travail que tu fais avec l’écriture. Alors est-ce que tu pourrais te présenter pour ceux qui nous écoutent aujourd’hui?

 

(03:38)

Michelle: Oui, avec plaisir. Je m’appelle Michel Daniel. J’ai grandi à Ottawa, dans l’Ontario. C’est la capitale du Canada. Mais j’habite à Montréal depuis 2002. J’ai donc quitté la partie anglophone du Canada pour la partie francophone. Mon mari est francophone et nous parlons quotidiennement le français et l’anglais à la maison. J’ai travaillé à temps plein comme traductrice du français vers l’anglais dans une société d’études de marché de 2010 à 2016. Ensuite, j’ai commencé à enseigner l’anglais à des adultes tout en étudiant la traduction à l’Université McGill. Ensuite, pendant mes études à McGill, j’ai obtenu un certificat d’enseignement de l’anglais en 2018. Ça s’appelle le Celta et je suis diplômée du programme de traduction en 2019. Peu après, j’ai créé mon entreprise, The Heart of English.

 

Nolwenn: Oui, je peux te poser une petite question par rapport à ton mari? Donc on va parler de ton travail, mais quand même, tu nous a dit que tu parlais français et anglais avec lui. Est-ce que ça a toujours été le cas? Ou est ce qu’au début de la relation il n’y avait plus une langue que l’autre?

 

 

 

« Puis je dirais qu’on parle français, anglais, environ 50/50 avec mon mari à la maison maintenant. »

(05:13)

Michelle: Oui, c’est une bonne question. Et au début de la relation, on s’est rencontré en 2014, alors ça fait neuf ans et demi qu’on est ensemble et. Et au début on parlait plus en anglais. Pour deux raisons. Premièrement, parce que je travaillais dans une entreprise francophone, alors je parlais en français toute la journée, toute la semaine, avec mes collègues de travail. Et lui, il avait un niveau intermédiaire en anglais. Alors le soir, le week end, je l’aidais avec son anglais, Alors on pratiquait plus l’anglais pour ces raisons-là. Mais plus tard, quand il avait atteint le niveau avancé en anglais, là on a changé. Puis je dirais qu’on parle français, anglais, environ 50, 50 à la maison maintenant.

 

Nolwenn: Ah oui, c’est super! Surtout que parfois, c’est pas facile de changer les habitudes quand on a une relation avec quelqu’un dans une langue. Oui, parfois c’est difficile de changer, donc c’est bien d’avoir pu le faire. Et puis bon, je ne vais pas te poser plus de questions intimes, on va partir sur le thème, ce pourquoi je t’ai invitée. J’aimerais bien qu’on parle de ton projet d’écriture pour enseigner l’anglais parce que je vois sur Instagram et dans tes newsletter que tu en parles et ça m’intéresse vraiment beaucoup.

 

(06:56)

Michelle: Alors merci pour ton intérêt, ça me fait plaisir. En juin dernier, j’ai commencé à proposer un programme basé sur la tenue d’un journal de gratitude. Le programme s’appelle Gratitude Journaling Experience. Il s’agit d’un programme de groupe qui s’étale sur une semaine. Jusqu’à présent, je l’ai proposé deux fois et je prévois l’organiser à nouveau en octobre. En fait j’ai les dates alors ça va être le 16 au 22 octobre.

 

Nolwenn: Parfait.

 

Michelle: Alors, c’est quoi un journal de gratitude? Je vais l’expliquer. L’idée, c’est de développer l’habitude de noter et de réfléchir régulièrement aux choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants. Il s’agit essentiellement d’un type d’écriture qui entraîne le cerveau à se concentrer davantage sur les événements et les actions positives de la vie.

 

Nolwenn: Alors je vais juste faire un point vocabulaire parce que la gratitude, c’est facile de savoir ce que ça veut dire en anglais mais reconnaissant justement, c’est un mot souvent que mes élèves ne connaissent pas. Donc reconnaissant, c’est quand on éprouve un sentiment de gratitude et en anglais c’est grateful. Et donc je te laisse continuer.

 

VOCAB : être reconnaissant.e   – la reconnaissance (grateful – gratefulness)  

– Voici un exemple d’une entrée dans le journal intime de Michelle.

Vous pouvez en découvrir plus sur son Instagram.

(08:25)

Michelle: Alors c’est qu’est-ce qu’on fait dans le programme? Avant de débuter, les participants reçoivent un livret contenant des instructions détaillées, des ressources et une liste de thèmes sur lesquels ils peuvent choisir d’écrire au cours de la semaine. Et à chaque chaque fois que j’offre le programme, je change les thèmes. Alors les gens peuvent assister ou participer au programme à plusieurs reprises. Pendant la semaine. Chaque jour, nous écrivons un court texte dans notre journal, environ 5 à 10 phrases. Si les participants le souhaitent, ils peuvent partager leurs écrits dans le forum. Le forum en ligne sur Slack Slack, c’est un appli. Je fais également les exercices d’écriture et je partage mes textes personnels avec les participants. A la fin de la semaine, nous organisons une rencontre sur zoom afin de faire un bilan de l’expérience et de permettre aux participants de lire un texte de leur choix à voix haute. Je leur partage mes commentaires sur leur écriture s’ils se sentent à l’aise avec cela. Nous discutons également sur les bienfaits que le programme leur a apportés, à la fois au niveau psychologique et l’amélioration de leurs compétences rédactionnelles en anglais. Mmm.

 

Nolwenn: C’est intéressant ce que tu dis que tu partages. Les commentaires s’ils se sentent à l’aise avec ça. Et ça c’est un thème intéressant pour les profs, surtout en tant que prof avec ce contact particulier qu’on a, nous qui est quand même très différent de l’environnement de l’école. Et souvent avec mes étudiants, je leur demande au début qu’est ce que vous préférez? Est-ce que vous voulez des corrections tout de suite? Sur le moment, quand vous parlez ou est ce que vous préférez que je note et plus tard vous vous allez les voir. Donc ça c’est Il y a des élèves qui aiment. Moi, personnellement, j’aime qu’on m’interrompe. J’apprends comme ça. Mais il y a des élèves pour qui c’est difficile de recevoir des commentaires, donc je trouve ça intéressant. Est ce que tu leur demandes?

 

(10:55)

Michelle: Oui, dans la Réunion à la fin de la semaine, je leur demande et ils peuvent dire qu’ils ne sont pas à l’aise. Ils veulent juste partager leur écriture et c’est tout. Et on va faire des commentaires sur plus comme des amis ensemble qui posent des questions. Par exemple, si le thème c’était les vacances, on va poser des questions un peu sur les vacances, mais on ne va pas commenter l’écriture par exemple. Mais certaines personnes veulent des commentaires sur leur écriture parce qu’ils veulent vraiment apprendre à peaufiner, à améliorer leur écriture. 

« C’est vrai que l’écriture, pour moi, c’est vraiment un point central. »

Nolwenn: C’est vrai que l’écriture, pour moi, c’est vraiment un point central. Et c’est marrant parce que j’ai commencé. Je crois que c’était quand j’étais à l’université de Buenos Aires. On faisait de la recherche dans mon équipe et à un moment, mon point de recherche, c’était justement l’écriture. Et donc j’ai analysé deux types d’écriture. Il y avait l’écriture libre où c’était que les élèves ne se préoccupent pas des erreurs qu’ils écrivent en fait, sont sans s’inquiéter. Et il y avait aussi l’écriture où on se préparait petit à petit, on prenait un texte, on le retravaillait, on étudiait tout ce qui n’allait pas. Qu’est ce qu’on pouvait faire pour améliorer? Et que ce soit l’un ou l’autre, c’est bénéfique finalement. Mais c’est vrai qu’avec mes élèves maintenant, mes élèves, en particulier l’écriture, c’est vraiment important et je vois que ça a un impact énorme sur l’apprentissage.

 

Michelle: Moi aussi.

 

Nolwenn: Alors bien sûr, l’écriture c’est bénéfique, mais pourquoi écrire un journal intime? Pourquoi tu as choisi ce thème-là? Et le thème de la gratitude en particulier?

 

(12:52)

Michelle: Alors je tiens un journal intime depuis l’âge de onze ans. Alors ça fait très très longtemps que je tiens un journal intime. Mais pendant longtemps, j’écrivais quand même plus ce que j’avais fait cette journée là où je me plaignais dans mon journal intime. Ok, alors le journal de gratitude est très différent. Je suis une personne qui est toujours en train de penser et de réfléchir. Et l’année dernière, j’ai découvert le journal de gratitude et j’ai trouvé ça très différent du type d’écriture introspective que j’avais fait dans le passé. Le journal de gratitude me permet de me concentrer sur les aspects positifs de ma vie, en particulier les petites choses que je tiendrais probablement pour acquises si je ne pratiquais pas le journal de gratitude.

 

Nolwenn: C’est intéressant parce qu’il y a une conférence TED avec laquelle je travaille souvent. J’ai certains cours organisés et on travaille sur certaines ressources et c’est pour mon cours A2. Et il y a une semaine où on travaille sur ce TED Talk justement, qui parle du pouvoir de la gratitude. Alors pour les informations spécifiques concernant ce tedtalk, ça s’appelle le pouvoir de la gratitude et c’est par Florence Servan-Schreiber. Et cette femme qui le présente, elle parle d’une étude qui a été faite sur des sœurs, des bonnes sœurs dans un couvent qui devaient écrire une lettre en arrivant et après une lettre tous les 20 ans. Et ils ont analysé ces lettres. Et s’il y avait du vocabulaire positif lié à la gratitude, justement, ces femmes vivaient plus longtemps que celles qui avaient un lexique de vocabulaire moins positif. Et donc, si on est, si on éprouve la gratitude, apparemment il y a un effet sur la longévité de la vie.

 

Michelle: Oui, ça me surprend pas.

 

Nolwenn: Oui, effectivement. Et alors? Qu’est ce qui t’a donné l’idée d’entreprendre ce projet? Et aussi là tu as parlé déjà du fait que tu as, tu l’as découvert et tu l’as fait toi-même. Mais qu’est ce qui t’a motivé d’étendre ce projet pour tes étudiants?

 

(15:36)

Michelle: Alors comme tu sais peut-être Nolwenn en 2021 et 2022, j’ai animé un club de conversation anglaise. L’été dernier, l’un des thèmes abordés était la gratitude. C’est alors que j’ai découvert l’activité de tenir un journal de gratitude en faisant des recherches pour le club de conversation. Je suis rapidement tombée amoureuse de cette pratique et j’ai commencé à réfléchir à comment je pourrais la partager avec mes clients. J’ai réalisé qu’il s’agissait d’un excellent moyen pour eux d’améliorer leurs compétences rédactionnelles en anglais tout en se sentant mieux dans leur peau, dans leur vie et dans leurs relations.

 

Nolwenn: Oui, et par intermédiaire, c’est par le même biais. Toi aussi j’imagine? Parce que si tu animes un projet plusieurs fois, tu deviens une experte finalement.

 

Michelle: Oui, je pense que c’est surtout en faisant l’écriture, en tenant le journal de gratitude, en faisant les exercices. Là, ça, je vais dire un terme en anglais, un snowball effect, je ne sais pas comment tu traduis.

 

Nolwenn: C’est la même chose en fait, c’est un effet boule de neige.

 

(17:05)

Michelle: Ok, merci. Alors un effet boule de neige où après quelques mois je voyais que ça avait l’air de tenir un journal de gratitude avait vraiment un impact positif dans ma vie.

 

Nolwenn: Oui, oui, j’imagine. Vraiment. Et c’est marrant parce que cette femme dont je te parlais, elle appelait ça les trois kifs de la journée. Donc tous les soirs, tu en as entendu parler?

 

Michelle: Oui oui, oui. En fait, je l’ai entendu sur le podcast Inner French.

 

Nolwenn: Ah oui, c’est ça. Ah oui, c’est drôle, effectivement. Et donc oui, ce sont les trois kifs et j’avais commencé à y penser quand je vivais en Argentine. Et finalement, c’est vrai que j’ai jamais vraiment tenu un journal. J’ai pas. Je ne suis pas très écriture dans le sens où je vais le faire trois fois, quatre fois et puis après finalement je le fais pas. Par contre, j’aime bien y penser. Et en fait, au risque d’avoir l’air un peu folle, moi j’aime bien parler à voix haute, surtout dans ma voiture si je conduis. Et il y a des moments où je le fais consciemment, où je me dis quel a été mon moment préféré aujourd’hui. Et donc j’explore les différents moments de la journée pour essayer en fait d’éprouver la même chose que toi, mais par le biais de la parole.

 

Michelle: Alors mon mari et moi, nous faisons ça souvent au souper et je lui demande quel était son moment préféré de la journée.

 

Nolwenn: Alors est-ce que je peux te demander tout de suite si, je sais que chez toi c’est le matin, mais quel était mon moment préféré? Peut être de la journée d’hier, à moins qu’il y en ait déjà eu un aujourd’hui, mais chez toi, c’est le matin. Oui.

 

(19:10)

Michelle: Oui, alors oui, c’est le matin ici, aujourd’hui, maintenant. Hier je me suis fait coiffer et. Et j’aime beaucoup mon coiffeur et on a eu une bonne conversation pendant qu’il m’a coiffée. Et en plus j’ai lu un peu du livre East of Eden par John Steinbeck et c’est un livre extraordinaire. Alors c’était ça mon moment préféré de la journée? Et toi Nolwenn?

 

Nolwenn: Alors mon moment préféré aujourd’hui, je pense que ce serait la ballade des chiens le matin. Parce que ce matin, d’habitude, j’ai juste mon chien en garde, mais aujourd’hui j’ai gardé le chien de mon copain aussi. Je suis partie avec les deux chiens et pour moi promener les deux chiens en même temps, c’est toute une expédition et ça s’est bien passé et puis ils étaient heureux de sortir et il faisait beau. Et comme tu sais en Irlande il ne fait pas si souvent beau, donc quand il fait beau, on en profite. Donc définitivement, ce serait ce moment-là. C’était le long de la rivière et il faisait bon, il faisait pas trop froid donc c’est mon moment préféré.

 

Michelle: J’aimerais voir une image des deux chiens ensemble si tu veux le partager, peut être dans ton story d’Instagram.

 

Nolwenn: Et ben je l’ai fait ce matin.

 

Alors si on parlait un peu de tes étudiants, de ceux qui ont pris part à cet atelier, quels ont été leurs réactions?

 

(21:04)

Michelle: Alors les commentaires que j’ai reçus ont tous été positifs. Je peux donner quelques exemples. Je ne sais pas si mes exemples vont être trop longs, alors tu me diras.

 

Nolwenn: On les écoute avec plaisir.

 

Michelle: Ok, merci. Alors Tania a dit: “En écrivant ce dont vous êtes reconnaissant, vous devenez plus optimiste et vous donnez moins de pouvoir aux émotions négatives. De plus, le programme m’a aidée à améliorer mon écriture en anglais.” Bien sûr, c’était écrit en anglais, mais c’est moi qui a fait la traduction.

 

Nolwenn: Super! Oui.

 

 

Michelle: Lorena a dit:” Le forum en ligne était pratique car il me permettait de participer quand je pouvais pendant la journée. J’ai apprécié la possibilité d’écrire en anglais sur des sujets de la vie quotidienne. La tenue d’un journal de gratitude était totalement nouvelle pour moi. Avant de m’inscrire à ce programme. Le principal avantage est de prendre conscience des petites choses que nous ne voyons pas toujours, mais qui sont la base d’une belle vie.” 

– Voici le témoignage original.

Vous pouvez en découvrir plus sur son Instagram.

Et finalement Emilie qui est prof de français et animatrice du podcast Passerelle. Elle a dit. “Michelle a créé un environnement chaleureux et accueillant qui m’a permis de me sentir à l’aise. Je suis très reconnaissante de l’espace qu’elle a créé qui nous a permis de partager nos idées et de nous sentir écoutés. En ce qui concerne mes compétences rédactionnelles en anglais, le programme m’a aidé à ralentir, à faire plus attention à la façon dont j’organise mes pensées sur la page et à prendre le temps de choisir ou de chercher les mots justes. Je considère cette expérience comme une étincelle pour continuer à apprendre. Reconnaître les bonnes choses dans ma vie. Accepter la vulnérabilité qui peut accompagner la rédaction d’un journal intime. Trouver la clarté et réfléchir à mes pensées par le biais de l’écriture.

 

 

(23:41)

 

Nolwenn: J’ai trouvé ça très intéressant, surtout quand elle a mentionné le fait de prendre le temps de chercher et de choisir les mots justes. Et l’écriture, c’est ça vraiment. L’intérêt c’est d’avoir le temps de bien penser puisque quand on parle, bien sûr, c’est tellement spontané que le but c’est de communiquer. Mais l’écriture, ça nous permet de prendre du recul.

« A l’écrit, on a plus le temps de faire de la recherche et pour étudier, en fait, on étudie en même temps. »

Michelle: Et de chercher dans les dictionnaires. Moi j’adore faire ça en anglais et en français. On a plus le temps de faire de la recherche et pour étudier, en fait, on étudie en même temps.

 

Nolwenn: Oui, oui, tout à fait. Et qu’est-ce que tu ressens en tant que prof quand tu mènes un projet comme celui là?

 

(24:33)

Michelle: C’est très différent de mes séances individuelles de coaching en anglais, dans le Gratitude experience, je joue plutôt le rôle d’un guide qui encourage les participants à afficher leur texte dans le forum. J’écris des commentaires amicaux en réponse à leurs textes et je réponds à leurs questions. Le fait que je publie moi aussi mes textes personnels donne une autre dimension à l’expérience. C’est une expérience qui favorise le rapprochement entre les participants.

 

Nolwenn: Oui, tout à fait. Alors pour toi, comment, et ça, c’est une question que j’ai très envie de te poser en tant que prof parce que j’ai beaucoup travaillé avec des groupes et j’ai aussi beaucoup travaillé en individuel. Donc toi, tu as l’expérience des deux. Maintenant, comment est-ce que tu fais pour établir une bonne relation avec tes étudiants ?

 

Michelle: Je pense que la compassion et la gentillesse sont très importantes. De nombreux apprenants adultes ont du mal à accepter d’être novices. Mais je m’inclus dans cela.

 

Nolwenn: Oui, oui, mais oui, moi aussi.

 

 

mes clients se mettent beaucoup de pression pour progresser rapidement ou parler couramment. Ils veulent parler couramment l’anglais en peu de temps.

(25:52)

Michelle: Par exemple, dans le yoga, j’avais beaucoup de mal au début d’accepter d’être novice. Alors revenons à mes clients. Ils se mettent beaucoup de pression pour progresser rapidement ou parler couramment. Ils veulent parler couramment l’anglais en peu de temps. Ils ont peut-être eu des expériences négatives négatives avec l’apprentissage de l’anglais à l’école, ce qui les a bloqués. Je sais que certaines personnes ressentent beaucoup d’émotions négatives lorsqu’il s’agit d’apprendre l’anglais. Ils se critiquent beaucoup. C’est pourquoi la première chose que je fais, c’est de les aider à se sentir bien et à l’aise durant les séances. Je leur souris, je les écoute attentivement et je les encourage constamment.

 

Nolwenn: Oui, ça touche vraiment, vraiment le cœur de ce que j’essaye de faire aussi pour aider mes élèves à se connecter avec avec la langue, à créer une relation plus positive et surtout pour ceux qui vivent en France. Donc mes étudiants étrangers qui habitent en France et pour ceux qui vivent là depuis longtemps, c’est très difficile pour eux quand ils doivent dire la durée, c’est à dire combien de temps ils ont été là. Souvent, ils sont gênés de dire peut être que ça fait deux ans, mais en fait ils ne parlent pas encore. Donc il y a tout un nœud d’émotions négatives qu’il faut dénouer et ça c’est pas facile effectivement. Donc je suis bien d’accord avec toi, et puisque tu as un peu un parcours différent puisque tu tu n’as pas commencé par l’enseignement, tu as aussi fait de la traduction, tu es aussi manuelle puisque tu as parlé de l’écriture, tu faisais du graphisme. Oui, c’est ça.

 

Michelle: Oui, j’ai étudié en art en fait, mon premier bac ici au Canada. Le bac ce pas la même chose que le bac en France.

 

Nolwenn: Oui c’est une licence.

 

(28:08)

Michelle: Mais mon premier bac, oui, mon premier bac était en art et plus tard, j’ai étudié en traduction et en enseignement de l’anglais. Alors j’aime beaucoup l’aspect esthétique d’écrire aussi.

 

Nolwenn: Bien sûr. Et qu’est-ce que ça t’apporte d’enseigner puisque tu as eu un parcours différente et pas rentrer tout de suite dans l’enseignement? Donc qu’est ce que ça t’apporte d’enseigner l’anglais dans les cours particuliers ou bien dans des petits groupes, dans les groupes de conversation ou bien dans tes ateliers?

 

Michelle: Pour moi, l’enseignement est une occasion de bâtir des relations avec d’autres personnes et d’avoir un impact positif sur leur vie. Partager mes connaissances avec les autres me procure un sentiment d’accomplissement. De plus, j’aime travailler à mon compte car c’est moi qui suis aux commandes. Je décide la structure de mes programmes et j’ai la liberté. Liberté d’être créative.

 

Nolwenn: Oui, oui, la liberté d’être créative, ça c’est vraiment très important. Donc je suis d’accord avec toi. Et d’ailleurs, est ce que tu peux nous parler de ta journée typique de l’emploi du temps typique d’une journée pour toi?

 

Michelle: Oui, avec plaisir. Alors depuis quelques semaines, je fais du yoga dès que je me lève le matin. Ensuite, je prends le petit déjeuner. Ici au Québec, on dit le déjeuner.

 

Nolwenn: Je savais pas. Ok, alors attends, comment tu appelles le déjeuner?

 

Michelle: C’est Alors ici au Québec, c’est déjeuner, dîner, souper.

 

Nolwenn: Ah oui, c’est vrai que tu as mentionné le souper plus tôt et j’ai pas pensé. Mais c’est vrai que peut-être que mes étudiants ne comprendraient pas le mot souper. Donc oui, c’est une bonne précision. Oui.

 

(30:09)

Michelle: Et après mon déjeuner, je consulte mes courriels et j’établis ma liste de priorités et choses à faire pour la journée. Je donne un maximum de trois séances privées de coaching en anglais par jour. Cela nécessite du travail extra entre chaque séance, préparer les activités, fournir des retours sur l’expression orale, créer des enregistrements, enregistrements audio pour que mes clients puissent pratiquer leur prononciation et élargir leur vocabulaire. Chaque séance zoom d’une heure nécessite donc entre 90 minutes et 2 h de travail, parfois plus. Je pense que la majorité, majorité des élèves ne se rendent pas compte de la quantité de travail que cela représente. C’est pour ça que j’insiste. C’est pourquoi j’insiste à le préciser ici, parce que je pense que beaucoup de clients pensent Oh, c’est juste 1 h, mais ne réalisent pas qu’il y a tout le travail de préparation et de retour après la séance aussi.

 

Nolwenn: Oui, oui, oui, c’est sûr que ça prend plus de temps, surtout pour moi. Les corrections, ça prend du temps maintenant, la préparation. Heureusement, j’ai beaucoup de matériel, de ressources que j’ai créés, mais quand même, je crée des ressources nouvelles toutes les semaines. parce que j’ai aussi des élèves que j’ai depuis plusieurs années. Il y en a un, ça fait plus de trois ans, donc tu imagines bien qu’il faut bien créer des choses nouvelles toutes les semaines. Et oui, oui, ça prend vraiment du temps.

 

Michelle: Ensuite, pendant la journée, je dois travailler sur des tâches connexes de mon entreprise comme les publications sur les médias sociaux, mon infolettre, la mise à jour de mon site web et je fais quelques tâches ménagères. Quelques fois par semaine, j’écris dans mon journal de gratitude. Le soir, je passe du temps avec mon mari ou j’assiste à un cours de yoga. Habituellement, je fais de la lecture avant de me coucher. J’aime lire.

 

Nolwenn: Oui, c’est vrai. Oui, oui, oui, ça je le sais. On en a parlé et je crois qu’on a parlé du fait que tu aimes lire les livres sur papier. Et moi j’aime beaucoup et j’écoute les audio livres plutôt que de les lire.

 

Speaker3: Oui oui.

 

Nolwenn: Oui, je fonctionne beaucoup plus par par l’oreille. Euh c’est marrant parce que quand je lis, parfois je me perds dans mes pensées, je divague et et j’arrive à la fin de la page. Et en fait j’ai pas écouté ce que j’ai lu alors que c’est beaucoup plus facile pour moi de me concentrer par l’écoute.

 

Michelle: C’est intéressant, on est tous différents.

 

(33:15)

Nolwenn: Oui, exactement. Et pourtant j’insiste que l’écriture c’est. Ça a été pour moi la compétence qui m’a permis de passer d’un stade à l’autre. J’étais bloquée au niveau on va dire B1 plus B2 moins Pendant longtemps quand je vivais en Angleterre et c’est l’écriture qui m’a permis de passer vraiment au niveau B2 confirmé. Donc j’insiste sur l’utilité et les bénéfices de l’écriture et je te remercie vraiment Michel, c’était un plaisir de t’avoir aujourd’hui. On t’aura peut être à nouveau sur le podcast. Est ce que tu peux nous préciser encore une fois exactement où on peut te trouver?

 

Michelle: Oui. Alors pour en savoir plus sur mes services ou juste pour me suivre, j’invite les gens à visiter mon site web à l’adresse suivante. C’est The Heart of English.ca c’est tout ensemble. The Heart of English. Le nom de mon profil Instagram est Heart of English, donc sans le mot the au début. Et sur LinkedIn, on peut me trouver sous mon nom Michelle Daniel ou sous le nom de mon entreprise The Heart of English.

 

Nolwenn: C’est parfait! Je te remercie infiniment et puis je te souhaite bonne continuation pour les ateliers et les autres projets à venir.

 

Michelle: Merci beaucoup Nolwenn.

 

Nolwenn: Merci et à bientôt.

 

Michelle: A bientôt.

 

 

 

 

 

I’m Nolwenn. I’ve been a French teacher since 2010.

I help you connect better with French 😉
Check out my website to find out about the French courses I offer.

 

 

Nolwenn Gautier

Prof de français depuis 2010

Ici, je vous propose de réfléchir à  comment développer une relation positive avec le français et les langues en général.

Je vous propose aussi tout un tas de ressources pour apprendre le français.

Si vous appréciez le contenu que je propose, vous pouvez me soutenir en m’offrant un café.
Merci pour votre soutien !

MES FAVORIS
LES CATEGORIES
TRANSCRIPTION

Reçois les transcriptions des épisodes directement dans ta boîte mail.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x